image du film.LE NOUVEL HIVER (CARNET FILMÉ : 1er janvier 1991 – 31 décembre 1991)

Année : 1991. Durée : 49'

Fiche technique :
Conception, réalisation, image, partition sonore, effets spéciaux, montage : Gérard Courant.
Production : La Fondation Gérard Courant, Les Amis de Cinématon, Les Archives de l'Art Cinématonique.
Photographies : Franck Dupont.
Musique : Fairouz.
Interprétation : Christine Bravo, Gérard Lenne, Alain Riou, Michel Boujut, Gérard Courant, Régis Audigier, Gaston Hilaire, Solange Mounier, Anne-Marie Duwez, Franck Pouchet, Bernard de Chanaleilles, Jean-Marc Teyssier, Jean-Luc Peyrelon, Jean-Louis Rouzet, Jean Mounier, Serge Fargier, François Bernheim, Brigitte Lahaie, Ken Loach, Gilles Colpart, Michel Bulteau, Dominique Noguez, Régis Jauffret, Anne Angel, Patrick Renaudot, Patrick Amine, Gwennolé Laurent, Matthias Sanderson, les chiens Cafés, Diva, Gilda.
Tournage : 1er janvier 1991 au 31 décembre 1991 à Paris (France), Burzet (France), Nancy (France), Puteaux (La Défense, France), Marcigny (France), Lausanne (Suisse), Saint-Marcellin (France).
Format : Super 8 mm.
Caméra : Nizo.
Cadre : 1,33.
Pellicule : Kodachrome.
Procédé : Couleur.
Langue : Française.
Collection publique : BnF (Bibliothèque nationale de France), Paris (France).
Diffusion : Les Amis de Cinématon.
Dédicace : Le film est dédié à Fairouz.

Présentation >>>

Le Nouvel hiver est une réflexion un peu désabusée sur l'état du monde (la chute du mur de Berlin, la fin de l'U.R.S.S., la Guerre du Golfe) dont les événements sont en filigrane de cette année de Carnets (1er janvier 1991 au 31 décembre 1991). Bien sûr, ces Carnets sont éloignés de cette sinistre actualité car la vie se situe ailleurs, dans la création et dans une quête d'absolu. Et puis, Le Nouvel hiver nous entraîne dans des rencontres étonnantes (avec Ken Loach, Brigitte Lahaie) et nous transporte dans des lieux dont je ne peux décidément pas me passer (l'Ardèche du Nord).

(Gérard Courant)

Critique >>>

ENGRANGER, ACCUMULER, ARCHIVER

1991, un nouvel hiver, une nouvelle décennie.

C’est un nouveau An 01. L’année « on arrête tout, on repart à zéro ».

Lancinante ponctuation par la voix de Fairouz, comme une prière, ode à l’âge d’or disparu.

Pour Gérard Courant c’est l’année des nouvelles séries qui vont marquer sa filmographie : Cinécabot, De ma chambre d’hôtel, Cinéma, Mes lieux d’habitation… comme une urgence de tout répertorier, archiver, laisser des traces.

« Je suis narcissique » avoue le cinéaste. Une façon de dire que c’est lui qui est là en filigrane, cinématonné, derrière chaque image.

C’est l’année de la quarantaine. Gérard Courant a déjà filmé 1465 cinématons !

L’intégrale programmée à la cinémathèque en janvier n’est pas annoncée. Mais des émissions à la télé en parlent. Sandrine Bonnaire a 15 ans et crève l’écran. Pialat, Juliet Berto, Godard… l’occasion pour Gérard Courant de parler de ses portraits, muets, hommage aux Frères Lumière.

Des images riches de rencontres aussi : Chemin de croix de Burzet. Grande rue de Saint-Marcellin, des passants. Galerie Donguy. Sommet de la Grande Arche…

Et parfois des embuches sur le chemin, pas de com à la Cinémathèque, pas de son quand Michel Boujut lit, pas de batterie pour finir le cinématon de Ken Loach, une année charnière ? une année 01 pour poursuivre inlassablement, engranger, accumuler, archiver.

(Noëlle Roth, 19 mars 2022)

 


gerardcourant.com © 2007 – 2022 Gérard Courant. Tous droits réservés.